Le retour du mythe sur PS5

assets/images/tests/death-stranding-directors-cut/death-stranding-directors-cut_p1.jpeg
Après avoir fait rêver les joueurs Playstation 4 et PC, voici la vision ultime du bébé (sans aucun jeu de mots) de Kojima Productions mais, aimez-vous Hideo Kojima ? Ou plus simplement, l'admirez-vous grâce à la saga Metal Gear Solid ? Pour beaucoup de joueurs, c'est la deuxième question qui fera office de réponse. Ceux qui connaissent vraiment le parcours de ce mythique développeur savent de quoi je parle ! Snatcher, Policenauts ou même la série des Boktai ne sont que de simples exemples, mais ils expliquent vraiment qui se cache derrière le personnage. Parler de Death Stranding, ou pire, le tester, est quelque chose de presque impossible tant il va diviser. Chaque joueur qui s'aventurera dans ce titre unique en son genre, devra se poser deux questions personnelles : Suis-je quelqu'un aimant profondément les hommes et capable de traverser tout un pays pour les relier entre eux et ne faire plus qu'un ? Et surtout, suis-je capable de créer des ponts, des routes et des abris avec les joueurs du monde entier ? Comme vous le voyez, résumer le jeu à une simple aventure remplie de stars durant laquelle vous incarnez un transporteur, est totalement idiot. Voici donc, plus qu'un avis, un ressenti (sans spoil aucun) d'une expérience pour laquelle je n'étais pas prêt en 2019 et c'est toujours autant le cas dans cette version Director's Cut en 2021...

Voyage au bout de l'ennui ?

assets/images/tests/death-stranding-directors-cut/death-stranding-directors-cut_p2.jpg
Mettons les choses au clair d'entrée de jeu, Death Stranding c'est soit on aime ou on n'aime pas, il n'y a pas de juste milieu possible. Etes-vous prêts à passer 13 heures d'ennui total avant de découvrir le début d'un scénario ? La même question ne se poserait pas au cinéma ! Ou de nouveau pendant ces longues premières heures, êtes-vous prêts à vous retrouver coupés de tout, seuls au monde, déconnectés, sans savoir pourquoi ou comment vous en êtes arrivé là ? Avouez que votre cerveau chauffe déjà ! Se lancer dans cette aventure c'est aussi savoir faire preuve de courage, d'abnégation et de souffrance. Réfléchir à chaque moment pour éviter une catastrophe dans un monde déjà ravagé. Déchiffrer des hallucinations ou des rêves, vous téléporter dans des mondes parallèles le temps d'un instant, partir à pied d'un point "A" vers un point "B" qui se trouve à des kilomètres, tout en suivant une flèche directionnelle à vol d'oiseau qui ne sera donc pas la bonne et qui vous demander de réfléchir par où et comment arriver à bon port pour finalement devoir revenir au point de départ. Vous protéger de la météo, des ennemis, en attendant longtemps avant de pouvoir vous défendre, tout en portant des tonnes de matériaux à livrer (en ayant une limite de charge bien sûr), tout en étant limité par une barre d'énergie et connecté à un "B.B." dont vous ne savez l'origine ou le lien qui vous unit et que vous devrez couver sous peine de le voir faire une auto-toxémie ( ce qui vous mettra dans la misère la plus totale). Voilà donc, en court résumé, ce à quoi vous devez vous attendre. Il va de soi que le titre ne s'adressera jamais au joueur Playstation 5 lambda ! Death Stranding détruit tous les codes actuels de notre média préféré, il offre un gameplay absolument horrible et (heureusement) jamais vu, ce qui le rend unique. Il vous demandera de ne jamais faire les mauvais choix et de surtout penser, comme dans la vraie vie, à tous les impondérables qui peuvent apparaître subitement. Alors pourquoi donc se faire tant de mal me direz-vous ? Je vous répondrai que de la frustration naît la persévérance et que de cette dernière naît la satisfaction d'avoir réussi. Mais quelle satisfaction pourrions-nous avoir de faire une heure de marche lente, dans de nombreux parcours quasi infranchissables, tout en écoutant une bande son exceptionnelle, pour finalement se faire remballer par destinataire de mauvaise foi ? C'est là que la magie Kojima opère et c'est à ce moment que les meilleurs d'entre vous iront le plus loin possible, au bout de leur effort physique, pour recevoir le "Saint Graal" et la bénédiction d'enfin comprendre le sens de cette œuvre. Et comme vous le dira si souvent Mama : Tenez bon Sam, vous pouvez le faire !

Des ajouts qui font du bien !

assets/images/tests/death-stranding-directors-cut/death-stranding-directors-cut_p3.jpg
Jouer dans de meilleurs conditions au meilleur jeu (pour votre serviteur) de 2019, cela ne se refuse pas. Outre les ajouts bonus de la version PC parue en 2020, vous aurez également tous les avantages de la nouvelle console de Sony avec de la 4K, du 60fps, des temps de chargement inexistants (ils étaient extrêmement longs sur PS4) et, pour conclure le tout, de nombreux ajouts qui rendront la quête plus accessible. Le mode course, fun, ou la catapulte (qui n'est évidemment pas disponible au début de votre aventure) sont vraiment agréables une fois essayés, et que dire des missions d'infiltration qui vous rappelleront les bons souvenirs d'une franchise d'Hideo du passé...

Galerie Photos

Vidéo

Les plus Les moins

Points positifs

  • Toujours aussi beau, et tellement fluide et rapide !
  • Bande son exceptionnelle
  • Scénario d'un autre monde
  • Tellement d'ajouts avec cette Director's Cut
  • Un souci du détail toujours inégalé 2 ans plus tard

Points négatifs

  • Des décors toujours aussi vides évidemment
  • Moins difficile qu'avant mais toujours peu accessible
  • De nombreuses heures avant de vraiment comprendre l'histoire

En conclusion

10
Vous n'étiez pas prêts pour Death Stranding en 2019 ? Vous le serez peut-être un peu plus en 2021 avec cette version Director's Cut. Demandez-vous avant toute chose si vous êtes un battant, si chaque victoire doit d'abord passer par un long chemin de croix. Tentez de savoir si vous êtes assez ouverts d'esprit pour analyser une métaphore ou le fond d'une histoire torturée. Il y a beaucoup de chance pour que vous ne compreniez pas (ou même jamais) cette œuvre, Hideo Kojima lui-même ne la comprend pas, et pourtant il l'a créée...

Testé par Anthony TAELMAN (Tùni)

Tùni
"Joueur depuis ma plus tendre enfance, j'ai pris la première claque de ma vie en 1996 avec Resident Evil. Créateur en 2012 de CN Play, et toujours à sa tête, mon expérience de 7 années dans le domaine du jeu vidéo est maintenant au service de ma talentueuse équipe."
Partager le test